« Parfois une hirondelle »

Publié le
16 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
18 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
19 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
20 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
21 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
22 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
23 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min
24 mars 2013
15 h 00 minau17 h 00 min
25 mars 2013
20 h 00 minau22 h 00 min

Du samedi 16 au lundi 25 mars 2013 à 20h (sauf le dimanche 24 mars à 15h)
Grand Théâtre – Opéra National de Bordeaux
Dans le cadre de Quatre Tendance/4
http://www.opera-bordeaux.com

Parfois une hirondelle

« Parfois une hirondelle », commande de Charles Jude, Directeur du ballet de l’Opéra National de Bordeaux, est une création pour les danseurs du ballet. Entre retrouvailles passionnées et déchirements, les 20 danseurs incarneront les personnages marquants du romantisme du XIXème.
« Parfois une hirondelle », côtoiera le temps de Quatre Tendance/4, les chorégraphies de Itzik Galili, Félix Blaska ou encore celle de Jirí Kilián.

Élans de bourrasques, élégants et déchirés tout à la fois. Jeunes femmes amoureuses virevoltantes dans les bras de jeunes hommes amants. De l’impossible au possible, elles sont là.
Attentes fébriles, corps de désir, elles sont au milieu d’hypothétiques pique-niques campagnards, toutes parées, entourées des marguerites, des bleuets et des boutons d’or.
Un après-midi d’été en Normandie, champs de fleurs, désir effleurant, Giverny peut-être. Ils les observent, jeunes garçons fougueux, illusionnés, innocents et amoureux. Elles les regardent.
Ils s’approchent, s’animent, frissonnent, tout en vibration sous la peau.
Délicieux moment d’une caresse ; une esquive, un fauchage.
Prétexte à la danse, une fluidité, une approche, et puis c’est la passion. Le tourbillon, l’infernal carrousel des sentiments. Une danse qui s’envole, traverse les cieux ombragés, s’affine, se cisèle, se tourmente toute en valses spirales. Fervents et furieux ils dansent leur désir ardent.
Chorégraphie virevoltée survoltée pour vingt danseurs fiévreux, fragiles et désireux.
Et puis le temps des amours s’apaise. Elles retournent à leur campagne fleurie, il rentrent dans la capitale. Ils se sont désirés, leur passion reste présente, vive, en feu. Le souvenir des étreintes ne s’oubliera jamais.

Claude Brumachon

REPRESENTATIONS
Du samedi 16 au lundi 25 mars 2013 à 20h (sauf le dimanche 24 à 15h) au Grand Théâtre de l’Opéra National de Bordeaux dans le cadre de Quatre Tendance/4

Création 2013 – Pièce pour 20 danseurs du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux
Chorégraphie : Claude Brumachon
Assistant : Benjamin Lamarche
Répétiteur : Vincent Blanc
Interprètes : danseurs du ballet de l’Opéra National de Bordeaux
Création lumières : Olivier Tessier
Musiques : en cours
Production : Opéra National de Bordeaux.

Les commentaires sont fermés.

Haut de page